Le site de La FCPE 78

FCPE 78
29, avenue Duguay Trouin,
78960 Voisins-le-Bretonneux.
Tél : 01 30 54 92 41

Fédération des Conseils de Parents d'Elèves
des Ecoles Publiques des Yvelines

Accueil | Recherche | Contact | Adhésion | Lettre d'infos |

Redoublements Segpa et AUTRES.....

Nous attirons votre attention sur une pratique qui semble se répandre et à propos de laquelle nous avons été alertés. Du fait des suppressions de postes, des collèges sont amenés à instaurer des doubles niveaux en SEGPA et d’autres dépassent l’effectif maximal recommandé par la circulaire de 2006 de 16 élèves par division, pour atteindre des effectifs à 20 voire 22.

Nous vous signalons également que certains proviseurs de lycées refusent de prendre en compte les prévisions de redoublement (d’après les statistiques) pour calculer les effectifs prévisionnels et répartir la DHG. Si l’’article D. 331-41 du code de l’éducation prévoit que « tout élève admis dans un cycle de formation doit pouvoir parcourir la totalité de ce cycle dans l’établissement scolaire », aucun texte réglementaire n’oblige à tenir compte des possibles redoublements dans les prévisions d’effectifs. Il faut donc veiller à ce que la poursuite de scolarité soit effective.

Merci de nous faire savoir si vous avez connaissance de cas similaires ou d’autres pratiques de ce genre.

Dans la suite de notre message sur les effectifs de SEGPA et de redoublants en lycée, nous vous faisons part d’une autre « trouvaille » administrative.

Deux départements au moins ont mis en place une « discrimination positive » (dans un cas présentée sous ce vocable) en attribuant des heures de DHG supplémentaires aux établissements atteignant les objectifs départementaux en matière de hausse du redoublement. Une « discrimination négative » est également mise en place, qui pénalise les établissements dont le taux de redoublants est trop éloigné du taux de référence départemental.

Si l’objectif pédagogique de baisse globale du taux de redoublement n’est pas à remettre en cause, tant l’inefficacité (pour ne pas dire la nocivité) de cette mesure est prouvée, cette manière de faire est pour le moins suprenante !

Nous ne sommes pas, pour notre part, convaincus par la méthode de la carotte et du bâton. Elle risque fort de n’être efficace ni à court terme ni pour convaincre et motiver les équipes pédagogiques de renoncer au redoublement et de mettre en place des mesures alternatives. 2 heures ne suffisent certainement pas pour promouvoir et favoriser ces mesures alternatives, d’autant que leur utilisation n’est vraisemblablement pas accompagnée ni fléchée.

Pour nous, ce sont bien des arguments et des modalités pédagogiques qu’il faut mettre en avant pour en finir avec le redoublement et pas des arguments comptables !