Le site de La FCPE 78

FCPE 78
29, avenue Duguay Trouin,
78960 Voisins-le-Bretonneux.
Tél : 01 30 54 92 41

Fédération des Conseils de Parents d'Elèves
des Ecoles Publiques des Yvelines

Accueil | Recherche | Contact | Adhésion | Lettre d'infos |

L’évaluation ne doit pas être le parent pauvre de la refondation de l’Ecole

La FCPE nationale a pris connaissance des propositions du rapport de la Conférence nationale sur l’évaluation et notamment celle visant à limiter le recours à des notes chiffrées jusqu’à la fin de la 6ème. Après les propositions du Conseil supérieur des programmes, il y a quelques semaines, c’est donc le deuxième rapport qui montre l’inefficacité des notes chiffrées pour évaluer les élèves les plus jeunes et qui préconise leur suppression.
Les dérives de la notation chiffrée sont pointées du doigt depuis longtemps par une large majorité des représentants de la communauté éducative. Pour les parents, les enseignants, les mouvements pédagogiques, il serait incompréhensible de faire perdurer ces dérives.

Si l’objectif de la refondation est d’amener l’ensemble d’une classe d’âge à l’acquisition du socle commun de connaissances, de compétences et de culture, pourquoi l’Ecole devrait-elle continuer à recourir à une notation qui dérive forcément vers les moyennes, les moyennes de moyennes et le classement des élèves entre eux ? Il s’agit maintenant pour le Président de la République et le Gouvernement d’être cohérents avec les objectifs qu’ils se sont fixés et leurs propres déclarations. Il faut arrêter de parler de refonder l’Ecole, il faut le faire !

Enfin, la FCPE s’interroge sur l’intérêt de continuer à organiser de grandes concertations, à nommer des instances ou des jurys indépendants si au final le fruit de leurs réflexions est balayé d’un revers de main pour ne pas prendre les décisions courageuses qui s’imposent parce qu’elles bousculeraient quelques conservatismes. Gouverner, c’est choisir ! La FCPE appelle le Gouvernement à faire le choix d’une évaluation en cohérence avec la loi de refondation de l’Ecole."

retrouvez ci-dessous la position de 2010

Chers amis,

Membre du mouvement de lutte contre la « constante macabre » initié par André Antibi, la FCPE s’est depuis plusieurs années saisie de la question de l’évaluation des élèves à l’Ecole. Nous y avons ainsi consacré un congrès à Saint-Étienne.

C’est donc très naturellement que nous nous associons à l’appel de l’AFEV pour la suppression des notes à l’école élémentaire. Il nous semble d’ailleurs que nous pourrions même aller plus loin...

En effet, nous, parents d’élèves, constatons chaque jour les effets dévastateurs que peuvent avoir les notes sur leurs enfants, la démotivation qu’elles induisent notamment chez les élèves « moyens » mais aussi chez ceux qui ont fait beaucoup d’efforts. La note met l’accent sur ce que l’élève ne maîtrise pas, sur ce qui lui manque pour atteindre le niveau de l’élève idéal et parfait, égalant son "maitre", ce qu’aucun ne sera jamais. Sur le plan des apprentissages, il est très difficile à l’élève et à sa famille de savoir, sur quel point porte exactement sa note. La mauvaise note ne dit d’ailleurs pas à l’élève ce qu’il devra corriger pour progresser. Et, dans la majorité des cas, les élèves, qu’ils reçoivent de bonnes ou de mauvaises notes ne cherchent pas sur leur copie ce qui les a fait réussir ou échouer, pas plus qu’ils ne regardent l’appréciation, ils cherchent le bon ou mauvais jugement.

Mais il ne faut pas perdre de vue le fait que la note est aussi un des seuls moyens de communication envers les parents. Toute nouvelle évaluation doit être présentée et expliquée afin que les familles comme les élèves puissent s’y repérer et ne pas la rejeter. Ceci demandera une formation des enseignants à ce qui est une de leurs compétences fondamentales, l’évaluation. Nous en sommes bien loin…

Il est possible d’en finir avec la tyrannie des notes. D’autres méthodes existent, basées sur la confiance dans la capacité à réussir de tous les enfants, sur leur accompagnement, sur une individualisation des parcours, sans note jusqu’à 15 ans parfois, sans redoublement. Supprimer les notes au primaire serait, comme la fin des devoirs et du redoublement, une simple application de ce que tout le monde sait mais ne fait pas.

Vous trouverez le texte de l’appel en pièce jointe et pouvez le signer en ligne à l’adresse : www.suppressiondesnoteselementaire.org/

Bien cordialement,

Jean-Jacques HAZAN,

Président


L’évaluation ne doit pas être le parent pauvre de la refondation de l’Ecole : http://www.fcpe.asso.fr/index.php/actualites/item/1359